La scène de musique actuelle se situe
dans la cour du château

jeudi – vendredi – samedi de minuit à 3h30


Jeudi 11 juillet - Minuit

‘Ndiaz

Riche d’une solide expérience acquise dans les festoù-noz, les quatre complices affirment leur conception de la transe avec une musique à danser ouverte sur le monde ; Youn Kamm orientalise sa trompette aux parfums de Liban et de Turquie. Yann Le Corre s’est imprégné de forrò brésilien. Jérôme Kerihuel a perfectionné en Inde sa technique de percussions. Quant à Timothée Le Bour, son saxophone vibre comme un taragot roumain.
Avec la danse en rond pour fondation, les musiques populaires du monde comme horizon, et l’improvisation comme ligne de fuite, ‘Ndiaz invente une musique hybride, dépaysée qui serait allée chercher ailleurs le moyen de s’ancrer davantage ici.

Yann Le Corre : Accordéon, Fx / Jérome Kerihuel : Percussions
Youn Kamm
: Trompette, saxhorn / Timothée Le Bour : Saxophones

 

Möng

Möng libère une musique onirique et envoûtante qui ouvre une brèche vers des mondes où rêve et réalité s’entremêlent. À la croisée de sonorités traditionnelles et de couleurs plus contemporaines, l’univers de Möng se raconte dans une langue mystérieuse…

Lily Noroozi : Composition, chant, accordéon, percussions
Isao Bredel Samson : Composition, chant, nyckelharpa

 

son_continu_Mong


Vendredi 12 juillet - Minuit

La Nòvia : 10 ans d’expériences

Carte blanche à La Nòvia, collectif qui réunit des musiciens professionnels résidant sur un large territoire – Auvergne, Rhône-Alpes, Béarn, Cévennes, Hautes-Alpes. Ce collectif est un lieu de réfléxion et d’expérimentation autour des musiques traditionnelles et/ou expérimentales.

www.la-novia.fr

3 groupes issus de ce collectif sont accueillis

Violoneuses

« J’ai toujours aimé écouter de la musique en conduisant et être éblouie par le soleil ». Le temps du concert, Mana Serrano et Perrine Bourel font défiler les paysages. Ces deux joueuses de violons puisent dans les paysages musicaux archaïques des Alpes du sud et du Massif Central et fabriquent une matière brute et poétique.

Perrine Bourel : Violon, violon grave, chant
Mana Serrano : Violon, violon grave, chant

Jéricho

À partir des répertoires musicaux profanes et de dévotion d’Occitanie, la musique de Jéricho se constitue comme un oratorio populaire dans lequel corps et voix sont mis en mouvement. Le son brut y est perçu comme un préalable, à partir duquel nous imaginons les chemins qui amènent la rencontre du chant (non mesuré) avec des motifs mélodiques cadencés, créant ainsi un espace offert à l’auditeur.

Clément Gauthier : Chant, chabrette, tambourin à cordes
Jacques Puech : Chant, cabrette
Antoine Cognet : Banjo
Yann Gourdon : Vielle à roue, pieds

Toad

L’envie commune d’explorer les collectages des monts d’Auvergne et du Limousin et les particularités sonores de ces musiques sont la préoccupation de Toad. Ces musiciens questionnent la standardisation des modes musicaux actuels en exploitant pleinement la richesse des timbres de leurs instruments. La question de l’électrification et de l’amplification de ces musiques est un enjeu qui nécessite un véritable travail de sonorisation. Très attaché à la danse, Toad mène un bal sauvage loin d’un son aseptisé.

Pierre-Vincent Fortunier : Cornemuse béchonnet 11 pouces, violon
Yann Gourdon : Vielle à roue, pieds
Guilhem Lacroux : Guitare, lap steel


Samedi 13 juillet - Minuit

Le Bour – Bodros

Voilà maintenant plus de 10 ans que le duo Le Bour –  Bodros parcourt les scènes bretonnes, françaises et européennes. Près de 700 concerts et festoù-noz et trois albums, dont le dernier « Chadenn » avec la chanteuse Rozenn Talec et le percussionniste Gaétan Samson. Le Bour-Bodros est une formation incontournable de la scène traditionnelle bretonne.

Youen Bodros : Accordéon diatonique
Timothée Le Bour : Saxophone

 

Super Parquet

Super Parquet c’est l’adéquation des musiques traditionnelles du Centre France et des musiques expérimentales électroniques. Situés entre Lyon et Clermont Ferrand, les cinq membres du groupe travaillent depuis 2014 sur les effets du drone et des musiques de transes dans les festivals, les bals, les SMAC ou les squats.

Julien Baratay : Machines et bourdons électriques, voix
Antoine Cognet : Banjo
Simon Drouhin : Boîte à bourdon électrique, effets…
Louis Jacques : Cabrette, voix

 

#LESONCONTINU

Scène participative

Tous les jours dans la cour du Château
jeudi de 15h à 20h,
vendredi et samedi de 14h à 20h
et dimanche de 11h à 17h.

Cette scène fonctionne tous les jours avec une interruption durant les concerts en soirée. Sa programmation sera affichée chaque jour dans le parc.


Scènes ouvertes

Tous les jours à La Pommeraie

jeudi, vendredi et samedi de 18h00 à 21h00
et dimanche de 15h00 à 19h00.

De l’autre côté du château, à la Pommeraie, un parquet de danses couvert accueille des présentations « découvertes » – sur inscription auprès de l’organisation – plutôt orientées vers des groupes vocaux.
De nuit, ce parquet devient un lieu de danse où toutes les formations peuvent s’installer au gré de leurs envies.

À proximité des buvettes et sur l’esplanade, on trouve des parquets de danse non programmés. Tous les musiciens et danseurs qui désirent s’y produire n’ont qu’à s’installer…

  1. – Accueil, Billetterie
  2. – Salon de Lutherie
  3. – Scène clairière, concerts
  4. – Scène Pommeraie, ateliers, bals
  5. – Scène Château, ateliers, bals, concerts
  6. – Château, conférences, consignes
  7. – Village des associations
  8. – Stands préventions et divers
  9. – Espace restauration, producteurs locaux